Posted by

Trump : Le monde change de cap.

12 November 2016
donald-trump

Après une campagne agitée et des propos inquiétants qui n’ont pas rassurés les marchés, Mr Trump est devenu le 45ème président et personne ne saurait vous dire très exactement quel sera son programme ni s’il sera appliqué concrètement, pour le peu de choses que l’on sache.
En revanche, l’on peut noter une réaction mitigée des bourses Européennes et Américaines qui n’ont pas subi une « trop » forte baisse avec un Mr Trump Président,contrairement à la surprise du Brexit. En effet, S’il y a bien eu des baisses de l’ordre de 0.5 à 2.5% lorsque le résultat se profilait, les bourses sont rapidement reparties à la hausse et ont pu récupérer de cette mauvaise passe. Les bourses Asiatiques, ouvertes au moment des résultats, ont, elles, subi une chute à tel point que le gouvernement Japonais s’apprêtait à effectuer une réunion extraordinaire pour calmer les marchés.

Si l’indice Russe RTS montait aux alentours de 1.2% mercredi matin vers 9h, cela s’expliqua notamment par la volonté de Trump de réchauffer les relations Russo-Américaines.

Quant à la Suisse, la réponse du SMI (+0.5% à 10h) peut être imputée au fait que les valeurs du secteur Chimie-Pharma étaient « menacées » par Mme Clinton qui voulait renforcer l’Obamacare, qui a déjà fait fondre quelques marges dans ce secteur, et s’attaquer aux prix « excessifs » des médicaments pratiqués par les pharmas. Une victoire de Trump et la volonté de supprimer l’obamacare ont plutôt rassuré ce point de vue-là et pourrait permettre une pratique plus libre des prix pour ce secteur.
Novartis cours

L’évolution de Novartis a été plutôt négative mais s’est reprise le 9 Novembre lors de l’annonce de la victoire de Donald Trump.

Source : Six-swiss-exchange.com

Pour le reste, les marchés sont confrontés à une certaine incertitude quant aux mesures futures que va prendre Donald Trump et leurs applications éventuelles.

Il faut rappeler que le Parti Républicain est loin d’avoir fait bloc derrière ce candidat atypique et que malgré une majorité au Sénat et à la chambre des représentants, Mr Trump va devoir convaincre dans son propre camp pour mettre en œuvre certaines de ses mesures.

Vers un renforcement du dollar ?

Ses nombreux discours visant à rendre à l’Amérique « sa grandeur » ont pour objectifs de retrouver les emplois autrefois localisés aux États-Unis. Les traités de commerce internationaux et la mondialisation ont déplacés nombre d’entreprise – et de capitaux – à l’étranger. La perspective d’un retour de capitaux de plusieurs centaines de milliards de dollars est en faveur d’une appréciation du dollar comme l’estiment de nombreux cambistes. De plus, l’amnistie fiscale accordée aux entreprises dans le cadre d’une réforme de l’impôt sur les sociétés permettrais de rapatrier des avoirs de multinationales sans parler des investissements massifs dans les infrastructures publiques, et donc une augmentation des dépense budgétaires par le gouvernement Trump.

L’inflation pourrait être accélérée s’il y a effectivement un vent « protectionniste » sur le marché américain qui réduirait l’importation de produit moins chers, le marché obligataire a par ailleurs baissé, tendant à confirmer un renforcement du dollar dans la mesure où ils suivent généralement un mouvement inverse. Après les élections, les regards se tournent donc vers la FED de qui l’on attend une augmentation des taux d’intérêts et dont la probabilité est estimée à 70%, même avec un gouvernement à l’avenir encore pas très clair. Si cela se concrétise, le dollar pourrait effectivement se renforcer.

Quid du secteur bancaire ?

UBS cours

Après une brève chute, de nombreuses valeurs bancaires se sont repris et notamment Crédit Suisse et UBS qui ont enregistrés une poussée importante à la bourse premièrement parce que le parti Républicain est traditionnellement aligné avec plus de libertés et des régulations moindre. En second lieu, les Démocrates ont mis plus de pressions réglementaires durant ces 8 dernières années, leur départ de la maison blanche va « apaiser » la situation. Le secteur bancaire pourrait donc en profiter bien qu’il faille rester prudent, il convient au nouveau président de préciser quel vont être les mesures concrètes.

Quelle Politique internationale ?

Le moins que l’on puisse dire c’est que les Mexicains pâtissent déjà de l’élection de Trump. Le peso Mexicain a baissé de 14% au moment de l’élection de Mr Trump et devraient avoir fort à faire avec le nouveau président Américain.

Quant au reste du monde, on pourrait le résumer à rapatrier nombre de lieu de productions délocalisés ou de mettre fin à des traités de libre-échange. Néanmoins, Devrions-nous peut-être souligner la volonté de ne plus trop s’impliquer dans plusieurs dossiers à travers le monde ou tout du moins de lutter « ensemble contre Daesch » ce qui favoriserait les relations Russo-américaines. Un réchauffement des relations avec la Turquie est également possible. En Asie, le retrait potentiel ou du moins la baisse d’influence américaine pourrait se traduire par une baisse des risques de tensions et d’accrochages avec la Chine.

Un monde peut-être plus pacifique ou moins sujet aux conflits entre grandes puissances avec à la clé de potentielles meilleures relations commerciales sans pour autant faire de traités de libre-échange mais qui annonce peut-être aussi l’avènement de régimes autoritaires plus influents, ce qui semble être dans l’ère du temps des mouvements populistes Européens qui semblent suivre une voie similaire bien que chaque une ait sa particularité.

En somme, l’élection de Trump fut une surprise pour beaucoup mais son accession au pouvoir ne signifie pas que l’économie Américaine en pâtira, peut-être qu’il en sera tout autrement et que l’Amérique sera « grande à nouveau » mais comme toujours, il y aura des perdants et des gagnants, et si Trump peut effectivement faire ce qu’il a promis, les gagnants devraient être ceux qui ont perdus leurs emplois en « Amérique profonde » et les perdants, ceux qui ont grandement profité de la mondialisation.

Comments

comments