Posted by

Corée du Nord et menace nucléaire : l'optimisme des marchés financiers

3 October 2017

       L’une des activités du financier consiste à étudier la corrélation qui peut exister entre l’actualité et les marchés financiers, c’est à dire comprendre comment l’actualité récente peut influer sur les cours boursiers, et réciproquement, comment les fluctuations des marchés peuvent nous renseigner sur le déroulement futur de l’actualité. Et l’actualité très récente nous mène à étudier le conflit opposant les Etats-Unis d’Amérique à la République Populaire Démocratique de Corée, plus simplement la Corée du Nord.

Petit rappel historique :

       Les Etats-Unis et la Corée du Nord sont officiellement en conflit depuis la fin de la Guerre de Corée en 1953, c’est l’un des premiers conflits importants de la Guerre Froide, qui opposait le capitalisme américain au communisme de l’URSS. Ce conflit résulte de la partition de la Corée entre Corée du Nord (soutenue par la République Populaire de Chine et l’URSS) et Corée du Sud (soutenue par les Nations Unies). Ces dernières années, les tensions ont augmenté suite à des incidents diplomatiques et des accusations mutuelles, au point qu’en 2002, le Président américain George W. Bush dévoile que la Corée du Nord fait partie de la liste des 3 pays désignés par son gouvernement comme faisant partie de l’ « Axe du Mal ».

Mais alors pourquoi ce conflit « ancien » ressurgit-il aujourd’hui ?

       Ces dernières années, la Corée du Nord a, malgré les sanctions et les avertissements de l’ONU, continué à développer son arme nucléaire. Le 5 août 2017, l’ONU a infligé une sanction à la Corée du Nord, en la privant d’un milliard de dollars de revenus venant de l’exportation (qui constitue sa première source de revenus) pour la pousser aux négociations au sujet de son programme nucléaire. Deux jours après ces déclarations, Kim Jong Un, le Chef Suprême de la Corée du Nord déclare qu’ils maintiendront leur programme, et menace : « Nous sommes prêts à faire payer aux Etats-Unis le prix de leur crime ». Cette dernière menace n’a pas plu à Donald Trump, qui promet : « Feu et colère » à la Corée du Nord. Ce sont ces échanges verbaux qui sont à la base de l’escalade actuelle des tensions entre les deux nations.

       Mais jusqu’alors, la communauté scientifique internationale était dubitative quant à la capacité de la Corée du Nord à concevoir et à miniaturiser l’arme nucléaire. Cependant, en juillet 2017, la Corée du Nord a prouvé qu’elle était capable de concevoir des missiles balistiques intercontinentaux. Elle serait de plus capable de miniaturiser l’arme nucléaire pour l’intégrer aux missiles. Malgré cela, nous ne sommes pas certains que la Corée du Nord puisse atteindre les Etats-Unis. En revanche, elle peut atteindre aisément l’île de Guam - une île américaine non-incorporée au territoire américain, située dans la mer des Philippines qui loge des civils et une base de l’armée américaine - qui ferait donc une cible de choix pour la Corée du Nord. Cette possibilité représente une menace pour le Japon, qui se verrait alors survolé par les missiles nucléaires en cas de tir. Cette île est équipée d'un bouclier anti-missile dit « THAAD » construit en 2013 lorsque les tensions montaient. On imagine bien qu’une offensive de Pyongyang contre Guam plongerait le Monde dans un conflit opposant les plus grandes puissances. Ainsi, récemment, la Russie, la Chine, la France et les autres grandes puissances ont appelé a une désescalade des tensions, rappelant qu’il n’est dans l’intérêt de personne de déclencher une guerre d’une telle ampleur. Le réel danger réside dans le caractère imprévisible des deux leaders Donald Trump et Kim Jong Un. On se demande jusqu’où serait prêt à aller le président américain pour défendre sa ligne politique.

Impact sur les marchés : 

« Face à l’énormité de la menace géopolitique, la résilience de la finance est impressionnante » Christian de Boissieu, économiste français.

Observons maintenant la réponse des marchés financiers face à cette menace. 

       Le KOSPI, l'indice de la Corée du Sud, ne reflète pas une réelle inquiétude de la part des investisseurs dans les marchés coréens. On observait simplement une baisse après le 8 août 2017 quand le président Trump a menacé la Corée du Nord, mais les cours sont vite revenus à leurs valeurs habituelles dans les semaines suivantes. Les fluctuations des indices internationaux comme le MSCI World sont elles aussi très loin de celles de la crise financière asiatique des années 1990.

Capture d’écran 2017-10-02 à 01.14.13

Indice KOSPI - Source : Yahoo Finance

       Mais pourquoi une telle résilience des bourses alors que les deux principaux leaders impliqués, Donald Trump et Kim Jong Un, sont réputés pour leur imprévisibilité et leur absence totale de prise en compte des règles de la diplomatie ? Les marchés seraient-ils devenus insensibles aux crises politiques ?

       Phil Poole, Directeur de la recherche chez Deutsche Asset Management remarque : « Les fluctuations des cours suggèrent que les marchés ne partagent pas l’inquiétude des médias » . Selon lui, les marchés auraient en fait misé sur un scénario plutôt optimiste dans lequel les sanctions commerciales permettraient d’éviter l’entrée en guerre. De plus, la Corée du Nord ne déploierait pas volontairement son arsenal nucléaire sachant que n’importe quelle puissance étrangère serait capable de détruire les capacités du pays par une frappe de riposte.

       L’absence de réaction des marchés est a chercher dans le réalisme des traders qui estiment qu’aucun des deux pays n’a d'intérêt à rentrer en guerre. On remarque toutefois que les valeurs refuges traditionnelles telles l’or, le Franc-suisse et les obligations d’Etat sont dans une tendance haussière ces dernières semaines, preuve que les investisseurs cherchent tout de même a réduire leur exposition face aux risques, surtout si les provocations verbales continuent de s’intensifier des deux cotés. Leur augmentation néanmoins faible, traduit une certaine confiance de la part des investisseurs, bien que ces derniers aient quand même eu recours à quelques-uns de leurs vieux réflexes. On remarque ainsi que le prix de l’once d’or a augmenté dans les semaines suivant les déclarations provocatrices des deux parties, mais ni le Franc-suisse ni les obligations d’Etat n’ont profité d’un mouvement de fuite en provenance de monnaies ou d’actifs jugés plus risqués comme le Dollar, courbe suivante à l’appui.

Cours USDCHF  -  Source : Google Finance

Cours USDCHF - Source : Google Finance

On remarque simplement une baisse du Dollar fin août début septembre qui a été recouverte dans les semaines suivantes.

Mirabaud Securities, banque privée genevoise, déclare : « Depuis la deuxième guerre mondiale, la période actuelle est la troisième plus calme jamais enregistrée » de l’Histoire de la bourse américaine.

       Voici une étude de la Deutsche Bank qui démontre que les marchés n’ont jamais aimé les crises, en se basant sur la valeur du S&P 500.

Etude de la Deutsche Bank  -  Source : le-temps.ch

Etude de la Deutsche Bank - Source : le-temps.ch

       L’étude montre que les journées de baisse ont généralement commencé avant l’événement en question. Quinze jours avant, par exemple, pour la première guerre du Golfe, en 1991. Mais durant le mois qui a précédé le tir de missile du 3 septembre 2017, le S&P 500 est resté stable.

       Finalement, l’absence de réaction, face à un événement qui laisse penser que Pyongyang est plus avancé qu’attendu en termes d’équipements militaires, traduit « la sérénité avec laquelle les marchés évoluent depuis plusieurs mois, alors qu’aucun gros nuage économique ne se profile à l’horizon», reprend Jean-Paul Jeckelmann.

Glossaire : 

  • « Axe du Mal » : slogan néo-conservateur qui sert à désigner les différents pays présentés par l'administration de l'ex-président américain George W. Bush comme souhaitant se procurer des armes de destruction massive et soutenant le terrorisme.
  •  Missile balistique intercontinental : Un missile balistique intercontinental est un missile balistique à longue portée (plus de 5 600 km).
  • Bouclier THAAD : Le Terminal High Altitude Area Defense (THAAD) est un système de missiles antibalistiques américain, en service depuis 2008.
  • KOSPI : Le Korea Composite Stock Price Index ou Kospi est le principal indice boursier de la Corée du Sud. Il a été créé en 1983 en prenant pour base 100 la date du 4 janvier 1980. Son lancement par la Bourse de Séoul a lieu au cours d'un mouvement général de recherche de la performance boursière par la diversification géographique des portefeuilles boursiers.
  • MSCI World : Le MSCI mondial (MSCI World Index en anglais) est un indice boursier géré par MSCI mesurant la performance des marchés boursiers de pays économiquement développés.
  • obligations d’Etat : Une obligation d'État est une obligation ou un titre de créance négociable émis généralement dans sa propre devise par un gouvernement.

 

Sources : 

  • https://www.letemps.ch/economie/2017/09/08/pyongyang-nentame-serenite-marches-financiers

Theodore Curtil

theodore.curtil@epfl.ch

Comments

comments